Tabouret médiéval

La première pièce réalisée est un petit banc /tabouret :


 

(Image de synthèse) - Télécharger les Plans 

 

Notes de réalisations :

La première étape de la réalisation de cette pièce a été d'en tracer l'épure, pour pouvoir reporter sur les pièces de bois les différentes valeurs. En même temps le débit a été réalisé, puis le corroyage (certains des derniers traits de l'épure ne sont tracés que lorsque le corroyage est effectué, notamment certaines épaisseurs de pièces).

Vient alors le traçage des formes principales, pour les 4 montants et les 2 traverses. Ensuite, les différents panneaux à coller ont été préparés : le plateau du dessus, à rainure-languette, et les montants ont été collés deux à deux avec une fausse languette (par économie lors du débit, j'étais un peu juste en largeur pour pouvoir faire un collage rainure-languette ici aussi). Je prévoyais de faire tout d'abord l'entaille avant collage pour l'entretoise finale, mais comme j'avais une priorité de montage (pour présenter à un examen sans l'entretoise), j'ai finalement collé ces panneaux plus tôt que prévu, quitte à m'embêter un peu par la suite pour le mortaisage oblique.

Puis, chantournement des traverses, et ajustage au ciseau à bois des diverses pièces : montants et traverses. Le plus long a été ensuite d'équarrir les montants pour les parties qui sont de niveau (puisque les pieds sont obliques).
Enfin, découpe des mortaises dans le plateau et ajustage des tenons des traverses en conséquence. Il aurait été plus facile et rapide de ne pas faire déboucher ces mortaises, mais cela aurait été trahir le style du mobilier médiéval, et ces mortaises débouchantes sont également ce qui en fait son charme.

Lorsque tout a été correctement installé, j'ai vérifié que la longueur de l'entretoise était respectée et j'ai fait les mortaises et les tenons, ainsi que les petites clefs pour maintenir l'ensemble. Je ne suis pas certain que ce type de clef se rencontrait dans le mobilier du moyen-âge (je n'en ai encore jamais vu), mais je ne voyais pas d'autre solution aussi fiable. Ce système de clef est de toute façon utilisé en menuiserie traditionnelle, donc ce n'est pas vraiment un problème.

Après avoir vérifié que l'ensemble s'emboîtait comme prévu, il a fallu retirer les traces d'usinage au rabot à replanir, casser les arêtes, et chanfreiner certaines parties, user le bois à la brosse métallique puis passer les différentes pièces à l'ammoniaque pour faire ressortir la teine naturelle du bois. J'ai aussi scié les tenons dans le sens de l'épaisseur (voir plus loin).
La touche finale a été mise en passant l'ensemble à la cire : on fait fondre des copeaux de cire dans de l'essence de térébenthine, et on applique cette cire pâteuse sur le meuble.

Le dernier travail a été d'insérer des coins dans les traits de scie réalisé auparavant, pour que les tenons se resserrent dans les mortaises et que le plateau ne se défasse plus de l'ensemble.

Passons maintenant aux critiques :

J'ai pu constater certaines petites erreurs, heureusement pas trop graves, mais qui m'ont soit fait perdre du temps, soit qui auraient pu rendre mon meuble de meilleure qualité.

- j'ai coupé le haut des tenons débouchants avant de cirer le meuble. Le problème c'est que je ne pensais pas que la cire ajouterait une telle surépaisseur, si bien qu'au final les tenons sont en désaffleur par rapport au plateau. Mais avec le temps il n'est pas impossible que cela reviennent à la normale. Toujours est-il que si c'était à refaire, je cirerais l'ensemble sauf le dessus du plateau, et une fois le banc monté définitivement je retoucherais ces tenons puis cirerais le dessus.

- le chanfrein du plateau n'est pas assez accentué. Il aurait fallu en faire un d'au moins 8 mm.

- la forme du meuble, bien qu'inspirée de mobilier médiéval, ne donne pas une véritable impression de "moyen-âge". Je pense que c'est en partie lié à l'entretoise et ses clefs. De plus, le meuble aurait sans doute gagné à avoir une découpe de pied plus prononcée, comme dans certains modèles (même si celle-ci existait également).

- le vieillisement du meuble, bien que déjà bien travaillé, n'est là non plus pas assez accentué, le meuble semble trop neuf. D'un autre côté, au moyen-âge ils ne veillissaient pas artificiellement lorsqu'ils sortaient des meubles, et je préfère que ce meuble fasse trop neuf plutôt qu'il ne fasse trop usé, surtout si cette usure fait faux (voir 70% des meubles pseudo-rustiques qui semblent sortir d'un incendie ou d'une attaque de vers, tout en étant recouvert d'une épaisse couche de vernis polyuréthane... :) )
Néanmoins, j'aurais dû quand même prolonger le vieillissement et accentuer l'usure des arêtes.

 

Sources / inspirations : (en construction)

divers documents et enluminures ont pu servir d'inspiration. Voici par exemple un banc qui se trouve au château de Rochelambert et qui présente certaines similitudes dans les formes :

 

Merci également à mes enseignants Frédéric et Michel pour leurs aides et conseils durant ce projet.

 

 

Contact

 
index